Témoignage sur une micro-station d'épuration pour un hôtel

Jean Deleume – Maire de Mars-Sur-Allier

Témoignage du maire Jean Deleume de la commune de Mars-sur-Allier (Nièvre) sur l’installation d’une micro-station d’épuration Tricel pour un hôtel.

Son témoignage :

“Je suis Jean Deleume, je suis maire de la commune de Mars-Sur-Allier (Nièvre – 58) dans la Nièvre. Notre commune est située à 7 km de l’autoroute A77 et à proximité du circuit de Nevers Magny-Cours, aussi à 7km, donc on est très bien placé.

Notre souci est que la commune ne peut plus s’agrandir comme on l’aurait souhaité car on est dans une zone inondable de 70% de la superficie de la commune. Donc vous voyez que sur 2096 hectares, 72% de la commune en zone inondable, on ne peut que construire 20m2 d’emprise au sol mais accolé à une maison déjà existante et 20m2 d’une seule fois.

Donc en février 2012, les propriétaires d’un hôtel de Mars-sur-Allier, Au Rendez-Vous des Cigognes, a fait don de l’hôtel à la commune, don qui a été accepté à l’unanimité par le conseil municipal et compte tenu de ce don, on savait qu’il fallait refaire l’assainissement individuel qui n’était pas conforme aux directives du SPANC (Service Public de l’Assainissement non Collectif).

Nous avons donc consulté les différentes entreprises pour refaire cet assainissement aux normes. On est parti au départ sur ce que l’on connaissait, donc fosse septique plus un épandage sur un filtre à sable vertical non drainé. On a eu un devis assez élevé parce qu’il fallait que l’on installe en plus une pompe de relevage pour pouvoir aller au filtre à sable, puisqu’on nous demandez deux places.

Un de mes adjoints a lu une brochure de chez Tricel, donc on a contacté le revendeur Tricel de la région. C’est la société ENE, pour ne pas les nommer. Il est venu nous rencontrer, on était sur place, pour étudier les propositions qu’il pouvait nous faire. Il nous a donc fait une proposition. On est donc parti sur une idée d’une micro-station équivalente 18 habitants et puis j’ai souci cette idée au conseil municipal qui l’a accepté à l’unanimité car au point de vue prix, on se trouvait dans une fourchette de prix inférieur de 20% par rapport à la station traditionnelle à filtre à sable. Et puis on est parti sur cette base là et on a décidé de faire l’acquisition de ce matériel.

Ce matériel qui est homologué donc comme dit sur la revue ici : un numéro d’agrément ministériel 2012-003, conforme à l’arrêté du 07/09/09, normes NF. Donc c’est un produit homologué, agréé donc on n’a pas de raison de craindre sur le produit.

La seule remarque que l’on a eu depuis l’installation, c’est que l’on avait, disons, des remontées du voisin qui nous disait que le soir surtout en période d’été, quand on est en train de faire les barbecues, on entend des vibrations (ce problème a été résolu depuis par la pose d’une membrane entre la micro-station et le compresseur à air pour enlever toute vibration. Cette membrane est installée d’origine sur toutes les micro-stations assemblées par la suite). On l’a donc signalé à notre installateur qui est venu et qui a remédié à ce problème. Aujourd’hui, je n’ai pas d’autres informations ou réclamations du voisinage.

 Moi je considère que c’est un produit qui fonctionne bien, dans le temps, on verra bien mais comme on sait que le téléphone marche très bien et que notre installateur est à moins de 20 km de chez nous c’est quand même important. Et puis l’installateur, c’est une petite société, donc proche de l’habitant, du client donc je pense que c’est un point important.

A mon avis, si on a des habitants de la commune qui veulent refaire leur assainissement ? Je les enverrai demander de la documentation à cette société mais sans leur dire « il faut prendre ce modèle-là ». Le choix leur incombe et je n’ai pas le droit de les inciter à acheter tel produit. Je peux leur donner des adresses que parfois on reçoit en mairie des publicités mais c’est tout. Ils font ce qu’ils voudront. Ils auront le choix de faire du traditionnel avec un épandage comme ils faisaient aujourd’hui, une micro-station, quel que soit le fournisseur et il faut qu’ils s’assurent qu’il y ait bien un numéro d’agrément ministériel.

Qu’ils n’aillent pas installer quelque chose et puis que, dans les deux mois qui suivent l’installation, après le contrôle du SPANC, qui disent que ce produit n’est pas homologué, n’est pas agréé donc c’est quand même assez délicat.”